Le rapport au travail | Excédent du système des retraites | Depuis quand les citoyens peuvent-ils payer en euros ?

Le travail est-il un mal nécessaire ?

Cette semaine, dans Brief.eco, nous nous penchons sur le rapport au travail. Nous nous intéressons au solde du système français des retraites. Nous vous expliquons ce qu’est Ecowatt et nous vous posons une question sur l’euro.

brief.eco|
21 septembre 2022
  Écouter l’édition

Cette semaine, dans Brief.eco, nous nous penchons sur le rapport au travail. Nous nous intéressons au solde du système français des retraites. Nous vous expliquons ce qu’est Ecowatt et nous vous posons une question sur l’euro.

L’économie à la portée de tous
L’économie est au cœur de nos vies de citoyens, de salariés, de consommateurs. Brief.eco vous permet de mieux comprendre l’actualité économique. Abonnez-vous dès maintenant pour nous lire chaque mercredi et accéder à tous nos articles en ligne.

Ça compte

ÉNERGIE

La Première ministre, Élisabeth Borne, a annoncé mercredi dernier que les tarifs réglementés de vente de gaz et de l’électricité allaient augmenter de 15 % début 2023. Leur hausse aurait été de 120 % sans le maintien du « mécanisme de “bouclier tarifaire” » lancé en octobre 2021, a affirmé Élisabeth Borne. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé que le prolongement de ce mécanisme, essentiellement financé par l’État, coûterait 16 milliards d’euros en 2023.

Lire notre dossier sur les prix de l’électricité.
SUPERPROFITS

Face à la crise énergétique, Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, codétentrice du pouvoir exécutif de l’UE avec les États membres, a proposé mercredi dernier deux dispositifs visant à taxer les superprofits des entreprises du secteur de l’énergie. Elle souhaite « plafonner les recettes des entreprises qui produisent à faible coût de l’électricité » et contraindre les entreprises pétrolières, gazières et charbonnières à « verser une contribution de crise ».

Lire notre dossier sur les superprofits.
CONCURRENCE

Les groupes de télévision TF1 et M6 ont annoncé vendredi renoncer à leur projet de fusion. Les deux groupes et leurs maisons mères (Bouygues et RTL Group) ont expliqué qu’en raison des demandes faites par l’Autorité de la concurrence, une autorité administrative indépendante, pour autoriser l’opération « le projet ne présentait plus aucune logique industrielle ». La « puissance de marché des groupes TF1 et M6 réunis » aurait « fait naître un fort risque de hausse des prix des espaces de publicité vendus par les parties au détriment des annonceurs et des consommateurs », a expliqué vendredi le président de l’Autorité de la concurrence.

Lire des explications dans B‌r‌i‌e‌f‌.‌m‌e.
INSECTES

L’entreprise biotechnologique française Innovafeed, spécialisée dans l’élevage d’insectes à destination de l’alimentation animale et végétale (sous forme d’engrais), a annoncé mardi avoir réalisé une levée de fonds de 250 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs dont les multinationales américaines de l’agroalimentaire ADM et Cargill. Créé en 2016, Innovafeed a deux sites de production en France et souhaite en implanter un troisième aux États-Unis. Il transforme la mouche Hermetia Illucens en aliment.

On fait le point

Le rapport au travail

Fabien Roussel, le secrétaire national du Parti communiste français, a suscité de nombreuses réactions en critiquant une « gauche des allocations » ne défendant pas suffisamment le travail. Alors que le rapport au travail divise les chercheurs autant que les politiques, plusieurs économistes ont théorisé sa disparition progressive.

.
L’actu
.

« En déclarant préférer le travail au chômage, je n’imaginais pas provoquer pareille polémique. » Ainsi débute une tribune publiée par Fabien Roussel la semaine dernière dans Le Monde. Le secrétaire national du Parti communiste français a rédigé ce texte afin de défendre ses propos tenus le 9 septembre, lors de l’ouverture de la Fête de l’Humanité. Il avait déclaré : « La gauche doit défendre le travail et le salaire et ne pas être la gauche des allocations, minima sociaux et revenus de substitution. »

Cette phrase a suscité de nombreuses réactions, en particulier chez les élus de gauche. « Opposer la France qui bosse à la France des allocs, ce ne sont pas mes mots », a par exemple twitté François Ruffin, député La France insoumise. « La valeur travail » est « quand même une valeur de droite », a déclaré sur Franceinfo la député Europe Écologie Les Verts Sandrine Rousseau, qui a également défendu un « droit à la paresse ».

Dans sa tribune, Fabien Roussel estime que la « grande ambition » de la gauche devrait être « d’éradiquer le chômage » qui « fait basculer des familles entières dans la pauvreté ». Il s’inscrit « en faux contre ceux qui théorisent la “fin du travail” » et souhaite « permettre à chacun de trouver sa place dans la société et de retrouver sa dignité par le travail ». Depuis le XVIIIe siècle, le rapport au travail divise les chercheurs autant que les politiques.

.
Clin d’oeil
.
.
L’éclairage
.
De la valeur économique du travail…

Le travail tel que nous le connaissons aujourd’hui, c’est-à-dire celui exercé par un « travailleur libre » qui vend « sa capacité de travail », n’a pas « toujours existé », expliquait le sociologue Michel Freyssenet dans un article publié en 1999. Il est un « mot et une notion » qui sont apparus au XVIIIe siècle avec l’émergence « d’un marché capitaliste ». Dans un ouvrage publié en 1764, l’économiste écossais Adam Smith est le premier à donner une valeur au travail : il est « ce qui crée de la richesse », affirmait-il. Selon lui, la rémunération de l’ouvrier doit lui permettre de faire vivre sa famille avec un peu plus que le strict nécessaire. Cette dimension morale est critiquée par l’économiste français Jean-Baptiste Say. Dans un ouvrage publié en 1803, il défend l’idée selon laquelle le salaire doit seulement être proportionnel à la valeur de l’apport du travailleur au processus de production.

… à sa valorisation sociale

À partir de 1830, alors que de nombreux ouvriers sont au chômage, les mouvements socialistes commencent à militer pour un « droit au travail ». Il est par exemple défendu…

Vous voulez lire la suite ?
Il suffit de vous abonner.

Brief.eco vous permet de mieux comprendre l’actualité économique de la semaine, vous explique les événements importants et les met en perspective avec les concepts et grands courants de la pensée économique.

Chaque mercredi, vous recevez par e-mail notre édition, rédigée avec soin par nos journalistes qui ont à cœur de rendre compréhensible au plus grand nombre l’actualité économique.

Créé par l’équipe de B‌r‌i‌e‌f‌.‌m‌e, Brief.eco est un média indépendant, sans publicité, dont les revenus proviennent de ses lecteurs.

L’abonnement annuel revient à seulement 49 €. Un tarif réduit de 29 € est réservé pour les étudiants et les personnes à faibles ressources.

JE M’ABONNE
brief.eco|
Éditions précédentes  •  Glossaire
Changer mon e-mail  •  Mon compte
Pour être sûr(e) de recevoir Brief.eco, ajoutez «hello@brief.eco» à votre carnet d’adresses.
Vous êtes inscrit(e) sur cette liste car vous avez demandé à recevoir les informations de Brief.eco.
Se désinscrireContact
                                                                   

No tags for this post.
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.